Les contrats courts sont actuellement au cœur de la négociation sur l’assurance chômage entre patronat et syndicats. Cette proposition de nouveau contrat de l’Umih, la principale organisation syndicale du secteur, pourrait être une solution au système du bonus-malus. L’idée serait de déporter au niveau de la branche professionnelle une partie de l’indemnisation du chômage.

Le projet de nouveau type de contrat de travail vise à perfectionner le CDI et remplacer le CDD, qui lui est très présent dans le secteur des CHR – cafés, hôtels et restaurants. En effet, les contrats de moins d’un mois sont passés de 1,5 millions à 3,8 millions en 10 ans. Baptisé « contrat mobilité », ce CDI permettrait de regrouper les différentes missions des salariés titulaires de contrats courts.

Des avantages pour les professionnels et les salariés du secteur :

Les hôteliers et restaurateurs ont des besoins ponctuels et non seulement saisonniers, du fait des réservations de dernière minute ou de l’activité traiteur organisateur de réceptions notamment. Ils pourraient ainsi trouver un salarié rapidement via une plateforme en ligne agréée par la branche et dédiée à ce contrat. Une durée maximum de recours serait imposée pour un même employeur.

Du côté du salarié, cette plateforme regrouperait différentes offres. Le CDI-mobilité lui permettrait d’alterner les missions de courte durée et les périodes creuses d’inactivité, tout en bénéficiant du même niveau d’indemnité. Entre deux contrats, il recevrait une contribution « sécurisation » déposée sur son compte par ses employeurs en complément de son indemnisation par Pôle Emploi.

> Pour aller plus loin, retrouvez nos programmes Essentiel Formation consacrées au Management et au Droit Social dans l'hôtellerie-restauration.

EF_actualité_contratmobilite2019-02.jpg

Partager :